Robinier faux-acacia

Robinier faux-acacia

Robinia pseudoacacia

Arbre pouvant atteindre 25 m de haut, originaire de l’est des Etats-Unis. Il colonise rapidement les zones de terre mise à nue et enrichit ainsi les sols, modifiant la flore souvent patrimoniale des pelouses sèches par exemple. Son écorce, ses feuilles et ses graines sont toxiques.

Robinier faux-acacia

Comment le reconnaître ?

Ecorce : gris-brun, profondément crevassée
Tige : jeunes rameaux et drageons épineux (épines à l’aisselle des feuilles sur les rameaux)
Feuilles : alternes, composées d’une dizaine de paires de petites folioles ovales
Inflorescence : longues grappes pendantes de petites fleurs blanches odorantes
Fruit : gousse plate de 4-10 cm

Rameaux de Robinier avec leurs longues épines
Ecorce très crevassée de Robinier

Attention ! À ne pas confondre avec :

Sophora du Japon (Styphnolobium japonicum)
Originaire de Chine, cet arbre est non épineux, ses folioles sont pointues à l’extrémité et son écorce presque lisse.

Indigo bâtard ou amorphe buissonnante (Amorpha fruticosa)
Arbrisseau exotique originaire d’Amérique du nord, il est non épineux et ses inflorescences violettes sont dressées aux extrémités des branches. Il ne dépasse pas les 6 m.

Comment se dissémine-t-il ?

Par ses graines (disséminées par le vent et l’eau)
Par ses racines qui drageonnent fortement

Gousses de Robinier

Comment le gérer ?

L’arrachage de toute la plante avec l’intégralité de ses racines est idéal mais compliqué sur des sujets adultes.
Un cerclage partiel du tronc, renouvelé plusieurs années de suite, si l’arbre ne menace pas la sécurité des biens et des personnes lorsqu’il mourra, peut être envisagé, mais un suivi des rejets par arrachage les années suivantes est indispensable.
Devenir des déchets : incinération ou centre adapté

Par quoi le remplacer au jardin ?

Merisier à grappes (Prunus padus)
Espèce naturellement présente dans notre flore, sa floraison de longues grappes blanches rappelle celle du robinier.